Hôtellerie et restauration : Comment s’adapter aux contraintes sanitaires ?

Hôtellerie et restauration : comment s'adapter aux contraintes sanitaires ?

Depuis le 17 mars dernier, la décision du gouvernement de fermer bars et restaurants a profondément bouleversé le quotidien des gérants en hôtellerie et restauration. Aussi, depuis lors, nombre d’entre eux ont dû trouver des solutions palliatives visant à contrebalancer leur perte de chiffre d’affaires.

 

 Hôtellerie et restauration : Une autre façon d’appréhender le métier


D’abord incrédules lorsque le couperet du confinement est tombé le 17 mars, le secteur de l’hôtellerie et restauration a très vite cherché le meilleur moyen d’affronter cette situation inédite pour le pays.

Ce secteur clé dé l’économie française, comptant près d’un million de salariés, a dû prendre rapidement des décisions drastiques.
En effet, parfois dans l’impossibilité de proposer de la vente en livraison à domicile, certains restaurants ont dû se résigner à décréter leur fermeture, en plaçant leurs employés au chômage partiel.

D’autres, en revanche, avaient la capacité d’organiser différemment leur activité et de recourir à des produits permettant de composer quotidiennement des repas livrés à domicile.

Or, s’agissant de l’accueil du public dans les hôtels et restaurants, au vu des réticences toujours affichées par le gouvernement à l’heure actuelle, il semblerait que la livraison de repas à domicile soit bel et bien la piste à explorer.

 

Vous possédez un hôtel-restaurant en France  ?
Contactez-nous pour faire un point sur l’assurance de votre hôtel.

 

 Une date de réouverture qui demeure incertaine


Le gouvernement a reporté à fin mai la décision portant sur la réouverture des restaurants.

Ainsi Bruno Le Maire, ministre de l’économie, indique que ce choix est avant tout motivé par la crainte d’une deuxième vague de COVID-19.

Néanmoins, les professionnels de l’hôtellerie et restauration bénéficieront d’un soutien renforcé de l’Etat.

C’est dans cette optique que le fonds de solidarité sera également ouvert aux entreprises employant jusque 20 salariés et réalisant un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 2 millions d’Euros.

D’autre part, dans l’attente de la décision du gouvernement qui sera communiquée fin mai, l’aide financière accordée à l’hôtellerie-restauration sera, elle aussi, doublée passant de 5000 à 10 000 euros pour chaque entreprise.